Wilder, un homme libre

 

Wilder est un homme libre, un doux sauvage pour reprendre son expression. Il a la soif de vivre et de découvrir toutes les possibilités qui s’offrent à lui.

 Il célèbre chaque jour la chance qu’il a eu de renaître grâce à ses parents adoptifs et de pouvoir être en mouvement.

Découvrez sans plus tarder l’interview de Wilder Caputo. 

 




Salut Wilder, peux-tu te présenter? 

Bonjour, 
Je m’appelle Wilder, j’ai 28 ans et je suis ostéopathe de profession. J’ai toujours eu du mal à me ranger dans des cases et à me définir à travers ce que je fais.
Ostéopathe, ce n’est qu’une facette de qui je suis.

Je ne rentre pas dans une case, ni dans plusieurs. Je ne me définis pas qu’à travers ce que je fais, c’est plutôt un état d’esprit que je cultive qui me définirait le mieux.

Je suis né en Colombie et j’ai été adopté il y a 22 ans. 

De part cette expérience de vie, j’ai toujours cultivé une dualité en moi: double identité, double nationalité, double parentalité.

Ce côté double a toujours été présent jusqu’à l'âge adulte où je l’ai explosé en multifacette. J’ai découvert beaucoup de nouvelles facettes de ma personnalité car j’ai voulu comprendre

qui j’étais et me trouver.

Tant qu’on n’a pas découvert toutes ses multiples personnalités on ne peut pas savoir qui on est vraiment. Pour moi toute expérience est intéressante à vivre si on lui donne la possibilité

de nous apprendre quelque chose. Même une mauvaise expérience à vivre sur le coup sera bénéfique sur le long terme, car on ne refera pas la même erreur. 

Je me dis parfois que le fait de m’appeler Wilder (Wilder est son vrai prénom qui veut dire “être plus sauvage” en anglais ndlr) inconsciemment j’ai toujours recherché cette liberté naturelle,

cette liberté sauvage. Comme un animal sauvage dans son milieu naturel qui vit au moment présent, je voulais me défaire de cette anxiété qu’avait laissé mon passé en moi, et arrêter de me projeter

sans cesse dans un futur idéaliste et donc toujours décevant. Je voulais simplement réussir à accepter les choses telles qu’elles sont pour pouvoir profiter pleinement du moment présent et réussir à incarner cette douce sauvagerie.

 

Se sentir libre de bouger ça te parle donc?  

« Se sentir libre de bouger » est très important pour moi! Ça inclut la liberté physique mais également la liberté de choisir de se mettre en mouvement.
Mon corps me permet de bouger alors pourquoi ne pas le faire ? C’est ma responsabilité que d’être actif dans la vie! Et par conséquent j’aime me sentir libre dans mes vêtements,
qu’ils me laissent cette liberté de mise en mouvement quand j’en ai envie ou besoin. 

J’ai connu ma grande soeur adoptive dans un fauteuil roulant, tétraplégique, privée de toute liberté de mouvement par la maladie, prisonnière de son propre corps. 
Je sais ce que c’est que de ne pas avoir le choix de ne pas se mettre en mouvement. Pour moi c’est donc une chance inouïe que de pouvoir se déplacer, faire du sport, simplement être en mouvement. 
C’est une notion fondamentale dans ma vie : « la liberté de mouvement ». 
C’est le principe même de mon métier d’ostéopathe : rechercher à donner une certaine liberté de mouvement au corps de mes patients. 

Notre corps est notre premier moyen de locomotion, c’est une chance d’avoir un corps en bonne santé qui fonctionne.  C’est donc de notre responsabilité que de rester actif et en mouvement. 

 



Comment est-ce que le sport t'a inspiré à être la personne que tu es aujourd’hui ?

J’ai toujours eu beaucoup d’énergie à revendre et à mon arrivée en France mes parents adoptifs m’ont inscrit à 3 activités différentes pour essayer de me canaliser.
Puis j’ai découvert le rugby à l’âge de 7 ans et ça a été mon sport de prédilection jusqu’à mes 24 ans. Ça m’a donné le goût de l’effort et du dépassement de soi.
Au rugby, on a besoin de grands, de petits, de forts, de rapides etc.
Ça  m’a permis de prendre conscience qu’on a tous des qualités différentes et que c’est à nous de les développer pour se rendre « unique ».
On nous répétait souvent cette phrase dans mon club du CSBJ : « l’individu au service du collectif. » Et je pense que c’est une bonne façon que de trouver sa juste place dans la société,
que de développer ses compétences pour les mettre au service des autres. 

Aujourd’hui encore le sport occupe une place importante dans ma vie car je me dirige vers un diplôme de yoga et d’acroyoga pour donner des cours en parallèle de mon activité d’ostéopathe. 
J’essaie d’incarner le message que je véhicule : « le mouvement c’est la vie ». 
Le mouvement physique évidemment à travers le sport et les activés mais également le mouvement intellectuel en continuant d’apprendre et de se former, le mouvement psychique,
spirituel, émotionnel à travers chaque expérience de la vie.
Que se soit le fait d’améliorer la qualité de mes relations familiales, amicales, professionnelles, mais également en faisant de nouvelles rencontres.
Continuer d’avoir de nouveaux projets, d’explorer de nouveaux domaines, d’accepter de se remettre en question .
L’Homme est fait pour être en mouvement car le mouvement c’est la vie. 

 
Être sans égal qu’est-ce que cela t’évoque?

« Be without Equal » m’évoque cette notion « d’unicité » dont je faisais allusion précédemment. Sans égal ne veut pas dire meilleur ou moins bon qu’un autre,
mais simplement différent; sans équivalent.
 La Nature cultive ce goût de la différence, il n’y a pas deux flocons de neige pareil! Prenons exemple sur la Nature et cultivons nos différences, car ce sont elles qui nous rendent unique. 
Et le meilleur moyen d’être unique c’est simplement d’être soi-même. 

 
Quels sont tes projets et rêves? Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter?

Souhaitez-moi d’impacter encore plus de monde, donner l’envie aux gens. Je me dis souvent que si j’ai réussi n’importe qui peut y arriver.
Si tu crois en toi et tu mets en place des actions tu peux devenir qui tu veux. 
Je vais continuer  à évoluer et à rechercher mes différentes facettes pour évoluer. Chaque jour est une nouvelle opportunité.
Chaque jour je peux devenir qui je veux car ça dépend que de moi.